Aller au contenu principal
Un assortiment de légumes : carottes, poireaux, betteraves, artichauts
Ma vie en couleurs

Tendances alimentaires : zoom sur les nouveaux modes d'alimentation

Qu'est ce qui est vert, sain, frais, sans gluten, et qui se mange avec plaisir ? Franchement, depuis quelques années, on ne sait plus trop, pas vous ? Voilà que fleurissent dans nos menus et sur nos rayons tout un nouveau vocabulaire et de nouveaux régimes alimentaires qui remettent totalement en question nos habitudes traditionnelles. Du crudivorisme au sans gluten, en passant par le végétalisme ou le sans lactose ou sans sel, et si finalement, il n'y avait pas de régime miracle, mais juste une grande liberté, et des choix guidés par des motivations personnelles. Comment s’y retrouver ? Quelles sont ces tendances alimentaires et les motivations de ceux qui les suivent ? Voici un guide pour y voir plus clair dans cette « alimentation moderne » et qui se veut toujours plus responsable. A table.

 

Une alimentation qui préserve l’environnement

La santé dans l’assiette : guide d’alimentation

Plus qu’un régime, une philosophie de vie

Une alimentation qui préserve l’environnement

Végétarisme, véganisme ou locavorisme ont un point commun (outre leur terminaison) : ce sont trois modes d’alimentation qui entendent réduire l’impact de notre consommation sur l’environnement (protection de la vie des animaux, préservation de la biodiversité, baisse de la pollution, etc.), sans toutefois perdre le goût des bonnes choses ! (manquerait plus que ça !) On vous dit tout sur ces nouvelles tendances food pour manger sain et atteindre un certain équilibre alimentaire !

 

Végétarisme, un mode d’alimentation antique

Respecter les animaux, en évitant tout simplement de les consommer est le fondement du régime végétarien. Datant des philosophes grecs, qui l’appelaient « la diète végétale » et qui faisaient preuve de beaucoup de compassion envers les animaux, le régime « veggie » exclut toutes les viandes de l’assiette. Rassurez-vous, le végétarien n'est pas seulement un mangeur de salades : ce mode d’alimentation fait la part belle à toutes les autres catégories de denrées (légumes, féculents, céréales, légumineuses, fruits frais et secs, etc.). Bien suffisantes pour garder la forme et manger sain.

 

Un cran plus loin que le végétarisme dans la recherche d'aliments, le végétalisme, lui, prône une consommation d’aliments issus uniquement du monde végétal. Vous l'aurez donc compris, poissons, fruits de mer, produits laitiers, œufs, et même miel ne trôneront sur leur table. Pour remplacer les protéines animales, les végétalistes misent sur les légumineuses (lentilles, pois, fèves), le soja, les noix et les graines (tournesol, chia, lin, etc.). Par ailleurs, l’association régulière de légumes verts (haricots, chou, cresson, épinards, etc.) et de légumineuses couvre les besoins en fer. Et non, les végétaliens n'ont pas le teint livide !

 

Quant au véganisme, il exclut de son quotidien tout produit portant atteinte à la vie des animaux : nourriture, mais aussi habillement (cuir, laine, etc.) et produits cosmétiques testés sur les animaux. Ce qui n’empêche pas d’apprécier les plaisirs de la table et d’être un véritable hédoniste, question de créativité ! La preuve avec cette recette de macédoine végane sur carpaccio d’avocat, riche en saveurs.

 

Moins radical, cela existe aussi ! Aujourd'hui, beaucoup décident de réduire leur consommation de viande et adoptent ce qu'on appelle le flexitarisme : prenant conscience des effets nocifs de l’élevage intensif pour l’environnement, ils deviennent quasiment végétariens, mais acceptent toutefois de savourer viandes et poissons, de préférence de productions locales, et de manière très occasionnelle.

 

Les recettes végétariennes ou véganes ouvrent aujourd'hui bien des horizons culinaires et de nouvelles alternatives pour ceux qui aiment concocter de bons petits plats. Testez ces recettes de nems végétariens ou de gaspacho végan Amora® … elles feront le bonheur de toute la famille !

 

Et en cas de repas express ? Les végétariens aussi ont leurs plats à emporter ! (Mais ils ne leurs sont pas seulement réservés !) La preuve avec ces savoureuses recettes toutes prêtes : Mon VEGGIE Pot Riz & Quinoa façon Curry Vert Thaï Knorr® et Mon VEGGIE Pot Penne Primavera Knorr® aux légumes de printemps.

 

Locavorisme : circuit court... toujours

Le locavore, malgré son nom un peu effrayant, n'a rien d'un marginal. Privilégier le local et limiter son impact environnemental : tel est le credo des locavores qui ne consomment que de la nourriture produite à moins de 200 kilomètres de chez eux. Du frais et du produit « pas très loin » qui recouvrent d'autres motivations : le soutien à des agriculteurs qui travaillent au rythme des saisons, dans le respect de la terre et de la biodiversité. Cette démarche est d’ailleurs conduite depuis dix ans à travers le programme Harmony de la marque LU® qui soutient les bonnes pratiques agricoles de 1 700 producteurs de blé à travers une charte spécifique.

 

Par ailleurs, le locavorisme est une invitation à réduire son impact écologique, puisque ce mode de consommation limite la présence d’aliments transportés ou importés. Ce sont donc les fruits et légumes frais de saison et du terroir qui seront privilégiés par rapport aux produits venant de l’autre côté de la planète ! Ou comment se laisser porter par les saisons, tout simplement.

Un plat de légumes crus : oignons, pommes de terre, potimarron

 

La santé dans l’assiette : guide d’alimentation

L'alimentation est-elle le carburant de notre bonne santé ? C’est en tout cas ce que pensent les adeptes du tout bio, du sans gluten, du sans lactose et du tout cru ! À chacun sa prescription, et aussi le droit de picorer dans tout cela. Focus sur ces nouvelles tendances alimentaires !

 

Jamais trop bio pour la santé

Sans trop de surprise, depuis une dizaine d’années, le bio fait l'unanimité. Et pour cause ! Selon des rapports de l’OMS, il est avéré que les produits issus de l’agriculture biologique comportent des teneurs moindres en nitrates et en résidus de pesticides. Fruits, légumes, viandes, fromages, œufs frais et produits dérivés comme le vin sont soumis à des cahiers des charges stricts limitant l’usage de produits chimiques, d’OGM, d’engrais, etc. Dans l’élevage, les animaux bénéficient d’une nourriture répondant aux mêmes critères. Une qualité de nutrition qui fait de plus en plus d’adeptes. D’ailleurs, quoi de mieux qu’une bonne soupe de légumes bio rehaussée de délicieux bouillons bio Knorr® pour faire le plein de vitamines ? Pour une pause réconfortante, misez sur un carré de chocolat Côte d’Or® Bio Noir 85 % ou Côte d’Or® Bio Pointe de sel, avec un thé bio et responsable Lipton® de grande qualité !

 

Le sans gluten et le sans lactose, pour une vie plus légère

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, il ne s'agit pas d'une mode marketing, ou d’un régime amincissant, mais d’une préoccupation pour la santé. Le gluten et le lait, en raison de leurs molécules protéiniques, peuvent être difficiles à assimiler par l’organisme de certains. De plus en plus de personnes sont intolérantes ou allergiques au blé ou au lait de vache. Dans le pire des cas, certaines souffrent de la maladie cœliaque, une infection chronique de l’intestin qui ne peut être traitée que par l’exclusion du gluten de l’alimentation. Il s’agit alors de supprimer, pour atteindre un équilibre alimentaire, tout ce qui se fait à partir de farine de blé, d’orge et de seigle : pain, pâtisseries, pâtes, etc. Mais avant d’agir, il est important de consulter votre médecin à ce sujet et de suivre ses recommandations en matière de nutrition.

 

Les intolérants et allergiques peuvent ainsi souffrir de ballonnements et autres dysfonctionnements intestinaux, voire être fatigués. Supprimer le gluten et le lactose de son alimentation, quand on est allergique ou intolérant, c'est trouver le moyen le plus simple de conserver son confort digestif sans toutefois perdre le goût des bonnes choses ! En revanche, si vous n'êtes pas intolérant, il n’y a aucun problème à consommer des aliments qui en contiennent. Consultez ce petit guide du sans gluten qui détaille ce type d’alimentation. D’ailleurs, la gourmandise sans gluten c’est possible avec les biscuits LU® Sans Gluten, saveur nature ou sarrasin !

 

Le crudivorisme, cru par nature

Rangez vos casseroles ! Partant du principe que la cuisson longue ou à haute température détruit certains nutriments (notamment la vitamine C), les crudivores optent pour l'option « tout cru ». Mais pas d'amalgame : les défenseurs de cette alimentation dite « vivante » ne sont pas forcément végétariens. Dans ce cas, la viande ou le poisson crus sont préparés en carpaccios, ceviches, tartares et sashimis. Autant dire que le crudivore cherche de l'ultra frais !

 

Le crudivorisme fait aussi la part belle aux fruits et légumes frais, bio de préférence, aux céréales et aux graines germées. Les aliments sont râpés, mixés, lactofermentés (chou, carottes, betteraves), mais jamais à plus de 42°C. Pour les apports en fer, en calcium ou en zinc qui peuvent faire défaut, on mise sur les amandes ou les fruits de mer (huîtres, algues, etc.). De l’entrée au dessert, le crudivorisme ou « Raw Food » réserve bien des surprises !

Un agriculteur dans son champ de légumes

 

Plus qu’un régime, une philosophie de vie

Enfin, n'oublions pas que la façon de se nourrir participe au développement personnel de l’individu, tout en le maintenant dans la conscience de son environnement. Les régimes paléolithique et macrobiotique illustrent bien cette philosophie.

 

Paléo, retour au naturel

Le régime « paléolithique » s’inspire soit disant de l’alimentation telle qu’elle aurait été pratiquée dans la préhistoire, la peau de bête en moins. Les « pro-paléo » considèrent que celle-ci était naturellement adaptée aux besoins de l’organisme humain. C’est pourquoi le régime paléo proscrit tous les produits transformés. À la place, il prône les aliments issus traditionnellement de la chasse, de la pêche, des récoltes et des cueillettes : fruits de mer, poissons, viandes, œufs, fruits et légumes, et s’interdit les boissons gazeuses, les produits sucrés et transformés, les produits laitiers, etc. Il plébiscite aussi des aliments sans sel ajouté.

 

La macrobiotique, un art de vivre zen

Enfin, la macrobiotique – de « macro » (grand) et « bio » (vie) – recommande une alimentation végétarienne frugale, selon les besoins de chacun. Il ne faut ni se priver ni manger avec excès. Elle est issue d’une philosophie japonaise soucieuse de maintenir l’homme en bonne santé, assurer sa longévité, équilibrer les polarités yin et yang de chacun. En règle générale, les fruits, les boissons et les aliments de couleur verte, bleue ou pourpre, de saveur sucrée ou acide, sont « yin ». Les viandes et les produits d’origine animale, les épices, les céréales et les légumes jaunes, orange ou rouges, comme les carottes sont « yang ». Il n’y a donc pas d’interdit alimentaire, seulement une adaptation à chaque cas particulier pour atteindre un équilibre alimentaire réel.

Vive l’alimentation moderne !

7 J'aime
Commentaires