Le guide du parfum : l’art de se parfumer
Ma vie en couleurs

Le guide du parfum : l’art de se parfumer

Le parfum, qu'il soit pour homme ou femme, nous y sommes tous sensibles : il nous inspire, nous évoque un souvenir, nous donne confiance aussi, et nous sublime au quotidien. Mais connaissez-vous ce qui fait un parfum, sa classification, ses notes ? Découvrez tout dans notre dossier qui a du nez.

 

Le parfum, en histoire

Extrait, parfum, eau de toilette : une histoire de concentration

Les différentes familles de parfums et leurs caractéristiques

Vocabulaire du parfum : pour parler comme un pro !

Le parfum sur soi

Le parfum, en histoire

Vous êtes du genre à être fidèle au même depuis quinze ans, ou au contraire à en changer au gré de vos humeurs ? C'est qu'entre le parfum et vous, c'est une grande histoire... partagée. La preuve : il se vend, aujourd'hui en France, 152 000 flacons par jour !

 

Mais ce n’est pas nouveau. Déjà à l'Antiquité, le parfum (du latin per fumum, « à travers la fumée ») existait, à travers des plantes aromatiques ou des résines que l'on faisait brûler lors de cérémonies religieuses. Puis la reine Cléopâtre, telle une hit girl, décida d'en faire un atout de beauté. Vinrent ensuite les notes orientales, apportées d'Orient et d'Asie par les routes commerciales romaines. En France, c'est surtout à la Renaissance que le parfum devient tendance : il est notamment utilisé pour cacher l'odeur forte causée par le manque d'hygiène à la cour... Bonjour les parfums capiteux !

 

Les XIXe et XXe siècles s'affichent comme les siècles d'or du parfum. C'est à ces époques qu'il est industrialisé et perçu comme produit de luxe. Guerlain et Pivier se font une place. Chanel révolutionne la femme en 1920 avec son célèbre N°5. Dior aussi.

 

C'est seulement dans les années 50 que le parfum se démocratise : eaux fraîches, eaux de Cologne, parfums gourmands ou capiteux. Chacun peut désormais s'autoriser à sentir bon !

 

Focus : Grasse, la capitale mondiale du parfum.

Eh oui, le haut lieu du parfum est français, et se trouve à 20 km de Cannes. Ancien berceau de la tannerie, Grasse a eu l'idée dès le XVIe siècle de concevoir ses propres cultures de roses, de jasmins, de mimosas, de violettes, etc., pour embaumer ses cuirs. Le succès fut si grand, même auprès de la cour de Versailles, que la ville s'est alors concentrée sur les techniques d'extraction de fleurs. Un domaine dans lequel elle est, encore aujourd'hui, citée en exemple.

 

Parfum épicé, boisé ou floral : découvrez tous les secrets du parfum

Extrait, parfum, eau de toilette : une histoire de concentration

Vous aussi, vous êtes du genre à hésiter devant les rayons, en vous demandant s'il existe vraiment une différence entre eau de toilette et parfum ? Alors, soyons précis avec les mots : la fragrance, c'est en fait l'odeur créée, celle voulue par le Nez, le créateur. Un parfum, et toutes ses déclinaisons, c'est un mélange de ce qu'on appelle le jus, soit le concentré odorant (les huiles qui composent le parfum), d'alcool et d'eau distillée. L'appellation choisie correspond, elle, à la concentration de « jus » qui donne de la puissance au produit. Et plus il est « pur », plus le prix est élevé. Voici un petit lexique des différentes appellations :

 

  • L'extrait, c’est l’odeur la plus concentrée : entre 20 et 40 % de « jus ».
  • Le parfum, tel quel, gravite autour de 18 % de jus. L’odeur reste longtemps sur la peau.
  • Dans une eau de parfum, la concentration est moindre (entre 15 et 25 % de jus selon les fabricants). Elle est plus légère à porter tous les jours.
  • Dans une eau de toilette, il y environ 5 % de jus seulement. Le sillage se fait plus léger, et on se vaporise idéalement pour se rafraîchir. On l'associe généralement alors à la toilette.
  • Une eau de Cologne contient 4 à 6 % de jus, elle rafraîchit, mais s'évapore très rapidement.
  • Une eau fraîche ou tonique contient entre 1 et 3 % de jus, parfaite pour se réveiller.
  • Enfin, une eau de senteur, c'est un jus léger, mais sans aucun alcool. C'est celle qu'on peut offrir aux enfants, pour faire comme les grands, mais sans risque.

Les différentes familles de parfums et leurs caractéristiques

Alors, vous êtes plutôt parfum tout frais ? Ou plutôt épices sensuelles et mystérieuses ? Découvrez les 7 familles olfactives existantes dans l'infini des fragrances composées aujourd'hui, pour devenir un expert dans la classification de parfum ! Il y en a forcément une qui vous parle, non ?

 

L'Hespéridée. Ce sont toutes les huiles essentielles obtenues par extraction d'agrumes (orange, bergamote, pamplemousse...). On les retrouve, par exemple, dans les eaux de Cologne. Elles sont par essence fraîches et vivifiantes, et s'accordent souvent avec des notes plus fleuries ou boisées.

 

La Florale. C'est la catégorie la plus importante, car elle regroupe tous les parfums dont le thème principal est une fleur ou un bouquet. Ils sont principalement féminins, accompagnés de notes fruitées ou épicées.

 

La Fougère. Rien à voir avec la plante du même nom. Cette famille se réfère à un célèbre parfum du XIXe siècle : Fougère Royale. Il s'agit d'un accord complexe rappelant la lavande, les notes boisées et le géranium. Bref, un jus de caractère !

 

L'Aromatique. Comme son nom l'indique, cette famille de parfums se distingue par la sauge, le thym, la lavande, le romarin. Bref, des herbes aromatiques qui donnent des produits assez masculins, et vivifiants. Pour une eau fraîche et virile, presque impertinente (si, c'est possible !)

 

L'Orientale. Ce sont les effluves épicées qui vous font voyager, grâce à leurs notes sucrées de vanille, de musc, de résines, d'ambre et de tabac. Vous avez dit sensuels ? C'est ça !

 

La Boisée. La famille boisée est plus chaude et plus opulente. Elle arrive souvent dans les notes de fond des parfums, succédant aux notes fraîches. Ce sont les odeurs de vétiver, de cèdre, de patchouli ou de santal. Les fragrances boisées permettent de créer des accords âpres et élégants.

 

La Chyprée. Là encore, le nom vient d'un ancien parfum, et non de l'île. La famille chyprée se base principalement sur des accords de mousse de chêne, de ciste labdanum, de patchouli ou de bergamote très prononcés, adoucis par des notes fruitées.

 

Parfum homme ou femme : découvrez les notes et classifications

Vocabulaire du parfum : pour parler comme une pro !

Vous aussi, étonnez votre entourage, et parlez, avec un brin d'émotion dans la voix, des parfums qui accompagnent votre vie... avec le vocabulaire d'un professionnel. Effet envoutant assuré !

 

La matière première. Ce sont les substances végétales et animales (l'ambre gris, la cire d'abeille, ou le musc sont sécrétées par des animaux) extraites qui permettent d'obtenir une essence qui servira de base à une fragrance.

 

Huiles essentielles, huiles absolues. Les deux sont des concentrés naturels de fleurs ou de plantes qui servent de base pour concevoir des parfums. L'huile essentielle, la plus connue, est le résultat d’une distillation à la vapeur d’eau d’une partie d'une plante aromatique. Elle conserve ainsi ses actifs. L'huile absolue, de son côté, est un concentré obtenu lui par l'extraction via des solvants, qui récupère surtout l'odeur concentrée d'une fleur (par exemple avec l'absolue de Rose de Damas). On en trouve assez peu dans le commerce pour des particuliers, sauf sur des sites spécialisés.

 

Notes et accords. Pour créer un parfum harmonieux, les nez, ces professionnels du parfum font entrer trois « notes » dans leur accord : les notes de tête, de cœur, et de fond.

 

La note de tête. C'est la première impression d'une composition. Celle qu’on sent en tout premier, la plus volatile, et généralement la plus fraîche.

 

La note de cœur. Il s'agit du pivot du parfum. Elle intervient après l'évaporation de la note de tête, et juste avant la note de fond. Elle perdure pendant plusieurs heures, et détermine le thème du parfum voulu par le créateur (un parfum sensuel, piquant, émouvant, etc.).

 

La note de fond. Elle clôt la composition. Plus intense et plus chaude, elle demeure quand les autres se sont évaporées.

 

Le sillage. C'est l'impression olfactive perçue dans l'air après le passage d'une personne qui s’est parfumée. Celle qui vous fait dire « hum » ou qui vous écœure aussi, parfois.

Le parfum sur soi

Votre parfum, certes, vous l'aimez, mais savez-vous parfaitement vous en servir ? On vous met au parfum (elle était facile).

 

  • Les bons endroits où se vaporiser. Sur la peau, les meilleurs points sont ceux de pulsation, là où la chaleur se concentre : le cou, la nuque, les chevilles (oui, oui), la poitrine et derrière les oreilles. Mais libre à vous aussi de parfumer vos cheveux, vos vêtements (en fibres naturelles, ils respirent mieux !), votre foulard préféré, ou même vos draps.

 

  • La bonne fréquence. La règle d'or c'est de se parfumer à petites doses ! Nul besoin d'en faire trop : une quantité excessive peut avoir l’effet inverse de celui escompté (à savoir, sentir bon). Mieux vaut donc en rajouter subtilement au cours de la journée et choisir l’occasion idéale.

 

  • Pourquoi un parfum varie selon la peau ? Alors là, il y a deux choses. Tout d'abord, la peau est vivante. Elle génère de la chaleur, de l'acidité et un brin de transpiration. Comme votre épiderme n'est pas le même que celui de votre voisine, un parfum peut très bien réagir différemment selon l'épiderme. De plus, un parfum peut dévoiler des notes de fond après plusieurs heures. Il ne vire pas, non, il évolue.

 

  • Quel parfum choisir pour une femme ? Une adolescente appréciera souvent la fraîcheur et un côté un peu sucré ou acidulé. Entre 20 et 30 ans, on souhaite plutôt assumer sa nouvelle sensualité : direction des parfums plus ambrés, épicés et floraux. Ou encore les senteurs atypiques, mixtes... Les femmes plus mûres osent porter les jus culte, plus classiques, qui leur évoquent l'image d'une personne sûre d'elle, ou celle de souvenirs émouvants.

 

  • Quel parfum choisir pour un homme ? Les parfums masculins répondent davantage à des types de personnalité. Les sportifs aimeront les senteurs fraîches, vivifiantes, aux notes aquatiques et vertes. Ceux pour qui l'élégance est une priorité seront séduits par des touches florales et boisées. Enfin, ceux qui assument un trait de virilité en plus se tourneront vers les jus forts en caractères, épicés et boisés.

 

  • Quel parfum choisir pour les enfants ? Pour eux, on fait beaucoup plus soft. Pour commencer, on opte pour des parfums sans alcool et hypoallergéniques, on oublie donc ceux de papa ou de maman ! Les eaux de senteur, très légères, sont parfaites pour les plus jeunes. Plus grands, ils peuvent passer à l'eau de toilette ! Et contrairement aux adultes, le parfum ne doit pas suivre une personnalité, mais plutôt faire plaisir avec une odeur qui rassure : des jus qui rappellent un fruit, ou un bouquet floral très léger.

 

Idée. Créer son parfum : c'est possible ! Quoi de mieux qu'un parfum qui vous ressemble vraiment ? Sur soi, en famille, ou dans votre maison, composez une senteur avec des notes qui vous interpellent. Aujourd'hui, à l'aide de quelques bases, vous pouvez créer vous-même un parfum à partir d'huiles essentielles mélangées à une huile neutre ou en diffusion. Une façon de vous « sentir » bien, en somme. Mais attention, les huiles essentielles étant puissantes, il est nécessaire de consulter votre médecin ou un professionnel avant toute utilisation.

 

Il est également possible de participer à un atelier créé par un artisan-parfumeur près de chez vous !

69 J'aime
Commentaires