Aller au contenu principal
Une femme arrose les plantes de son jardin
Ma vie en couleurs

Les 10 règles d’or de l’arrosage

L’été est là, nos corps ont soif… et la nature aussi ! L’arrosage est donc nécessaire pendant la période estivale. Mais l’eau est une ressource trop précieuse pour être gaspillée, voici donc les 10 astuces simples pour arroser comme une pro !

 

  1. Bien connaître son terrain

Nature du sol, ensoleillement, courbe des températures, type de végétaux, etc., chacun de ces paramètres influence les besoins en apport d’eau. Exemple : un sol léger nécessitera un arrosage plus fréquent qu’un sol lourd, car l’eau n’y reste pas.

 

  1. N’arroser que lorsque c’est nécessaire

Il suffit parfois de regarder la météo et de constater qu’il va pleuvoir pour économiser un arrosage inutile ! Apprenez à faire la différence entre une plante qui fane en pleine chaleur (une réaction de défense normale) et une autre qui est flétrie dès le lever du jour (celle-ci a soif !).

 

  1. Arroser « à la fraîche »

Le soir de préférence et le plus tardivement possible ! C’est le meilleur moment, car le sol refroidi et la température fraîche de la nuit éviteront l’évaporation de l’eau.

 

  1. Laisser « souffrir » vos plantes  

Cela permet entre deux arrosages au système racinaire de se développer en profondeur. En effet, un arrosage superficiel et trop fréquent a tendance à développer les racines en surface, ce qui les rend plus sensibles à la sécheresse.

 

  1. Arroser moins, mais arroser bien

Mieux vaut arroser moins souvent, mais abondamment et profondément ! De la même façon, préférez un arrosage au ras du sol et au pied des plantes, pour éviter de gaspiller l’eau. De plus, l’arrosage sur les feuilles favorise le développement des maladies.

 

  1. Les plantes qui « consomment » le moins d’eau

Certaines plantes, fleurs ou arbustes sont plus sobres que d’autres et résistent mieux à la sécheresse. Des exemples ? Les vivaces et graminées, les bulbes de toutes les saisons, les plantes grasses des climats chauds et secs… Globalement, les fleurs annuelles et le potager sont les plus gourmands en eau.

 

  1. Un binage vaut deux arrosages

La binette est un outil drôlement pratique ! Elle permet de « casser la croûte » superficielle de la terre aux pieds des plantes, de la retourner et de couper du même coup les mauvaises herbes qui consomment de l’eau. Mieux aéré et moins compact, le sol est plus perméable à l’eau.

 

  1. Un paillage vaut dix arrosages

Évitez l’évaporation de l’eau du sol en le couvrant d’éléments organiques (feuilles mortes, écorces, déchets de tonte, paille…). Cette protection (de 5 à 7 cm minimum d’épaisseur) réduit la chaleur provoquée par les rayons du soleil, maintient une certaine humidité et empêche les mauvaises herbes de se développer.

 

  1. Économique : le récupérateur d’eau de pluie

Raccordé à une gouttière, il vous permet de récupérer chaque année jusqu’à 600 l d’eau par mètre carré de toiture. De l’eau « saine » qui ne vous coûtera rien, idéale pour arroser vos plantes, arbustes et massifs de fleurs !

 

  1. Pratiques : les systèmes d’arrosage enterré

Le top du top pour votre pelouse ! Ils ont le gros avantage d’être invisibles et entièrement automatisables. L’installation nécessite cependant l’intervention d’un pro. Mieux vaut ne pas se tromper, car une fois installé, impossible de revenir en arrière !

 

Vous voici bien informée pour « écolo-miser » !

 

 

Les mots clés associés
55 J'aime
Commentaires