Aller au contenu principal
Une bébé endormi dans son lit
Ma vie en couleurs

Astuces pour que les petits dorment comme des bébés

Comme l’endormissement chez l’enfant est un parcours semé d’embûches, voici de judicieux conseils pour que votre enfant passe en mode sommeil… pour que vous puissiez dormir sur vos deux oreilles en cette rentrée !

Oui aux rituels !

Se coucher tôt et toujours à la même heure : la règle numéro 1 d’une bonne « mise en condition » de sommeil. En effet, un rituel constant permet à l'enfant de se préparer mentalement à aller au lit. Apprenez-lui très jeune à identifier, sur une horloge ou une montre, l'horaire fatidique : il se mettra plus facilement en mode sommeil. Ensuite, on passe en revue les autres petits cérémoniaux tels que l'incontournable brossage de dents ou la lecture d'une histoire. Ces rituels et rendez-vous quotidiens sont très rassurants pour un enfant. Et un enfant rassuré, c’est un enfant qui dort bien !

Avant le coucher de l'enfant

Pour favoriser le sommeil de votre enfant, avant ou après les devoirs, en fin d'après-midi, laissez-le courir, sauter, jouer... en un mot se défouler. Quant à son alimentation, préférez les dîners légers, riches en sucres lents pour un sommeil doux et un réveil en pleine forme.

Dans la mesure du possible, la chambre doit être bien insonorisée ou éloignée du salon. Vous limiterez la tentation d'écouter la télévision ou les conversations des parents (toujours mystérieuses). Enfin, ne surchauffez pas sa chambre : entre 16 et 19°, c'est bien suffisant et nettement plus propice au sommeil de votre enfant.

Cauchemars : comment réagir ?

Tout comme les adultes, les enfants connaissent parfois des périodes de troubles du sommeil. Rares sont ceux qui échappent à la peur du noir, notamment. N'hésitez donc pas à brancher une petite veilleuse dans la chambre ou à laisser la lumière du couloir allumée - même toute la nuit.
En cas de cauchemar, rassurez votre enfant ! Ecoutez, consolez et revenez sur le sujet dès le lendemain pour apaiser ses dernières craintes. De jour, les monstres paraissent tout de suite moins effrayants. Enfin, rappelez-lui que tout le monde fait des cauchemars - même les adultes...

Idée

Terreurs nocturnes : conseils de maman

« Mes filles ont fait toutes les deux des terreurs nocturnes. C’est fréquent chez les enfants entre 18 mois et 6 ans. C’est un trouble du sommeil proche du somnambulisme qui peut être impressionnant. Une manière pour l’enfant de « digérer » et « évacuer » les émotions de sa journée. L’enfant crie, se débat et refuse tout contact. Il peut avoir les yeux ouverts alors qu’il est profondément endormi ! Pas de panique : la crise passe généralement au bout d’une vingtaine de minutes. Ne tentez pas de le réveiller, il ne se rend pas compte de la situation et ne comprendrait pas la raison de votre présence. Essayez de le calmer en lui parlant à voix douce. J’ai noté que les terreurs nocturnes apparaissaient souvent à heure fixe, trois ou quatre heures après le coucher, et disparaissaient au stade 3 et 4 du sommeil profond. L’enfant redevient alors calme, comme par magie. » Alexandra, maman de Camille et Anaelle, 5 ans

Les mots clés associés
26 J'aime
Commentaires