Aller au contenu principal
Valentine s’est installée dans une maison à Saint-Michel-Chef-Chef où elle a fait le choix de l’énergie verte.
Ma vie en couleurs

Elles ont adopté un autre mode de vie

C'est la fable du colibri : si chacune de nous fait un petit geste, la planète dans son ensemble ira mieux. Pour l'environnement mais aussi pour leur bien-être quotidien, trois femmes ont choisi de changer un simple « petit quelque chose » dans leurs habitudes. Et si on suivait leur exemple ?

 

Benjamine, 30 ans, employée de mairie, Charenton (94)

« Le vélo : une bonne façon de faire du sport sans en avoir l'air »

 

A 30 ans, Benjamine a fait le choix de se render à vélo au boulot.

©Franck Beloncle

 

Attaquante dans l'équipe de foot féminine de sa ville et longtemps joueuse de tennis accomplie, Benjamine a toujours aimé le sport. La joyeuse trentenaire a d'ailleurs trouvé un moyen d'en faire un peu plus : « J'en avais vraiment assez du métro aux heures de pointe. La foule, le stress, sans compter les retards... Alors un jour, j'ai troqué mon pass Navigo pour mon vélo. Depuis, je pédale une bonne douzaine de kilomètres par jour. Non seulement c'est une bonne façon pour moi de faire du sport sans en avoir l'air (à moi les mollets d'acier !) mais en plus, je redécouvre mon environnement. Je n'avais jamais visité la forêt que je traverse désormais matin et soir ! En variant mes itinéraires, je tombe parfois sur de nouvelles boutiques, des rues pavées, un marché bio... Un nouvel univers s'offre à moi ! Et avec zéro émission de CO2, je me déplace la conscience tranquille...

 

Valentine, 32 ans, cadre, Saint-Michel-Chef-Chef (44)

« Nous sommes passés à l’énergie verte »

 

Valentine s’est installée dans une maison à Saint-Michel-Chef-Chef où elle a fait le choix de l’énergie verte.

© Jean-Christophe Leroux

 

Avec son mari et leur fils de 13 mois sous le bras, Valentine a quitté un appartement en région parisienne pour une belle maison près de la mer, en Loire-Atlantique. Une évidence pour cette jeune femme souriante, qui attend aujourd'hui des jumeaux, et qui adore pratiquer les sports nautiques en couple :

« Nous avons choisi de passer à l'énergie verte, ce qui s'inscrivait naturellement dans notre projet de changement de vie. Pour l'électricité, nous passons par Enercoop et par Lampiris pour le gaz. C'est quasiment le même prix, mais c'est un choix en accord avec nos valeurs. L'énergie n'est pas polluante, renouvelable et elle est produite près de chez nous, en circuit-court. Mon mari a une voiture électrique qu'il recharge avec cette énergie verte. Bien sûr, nous le faisons pour la préservation de notre planète, mais aussi pour l'avenir de nos enfants, et de nos petits-enfants. »

 

Ludivine, 26 ans, conseillère de vente en bijouterie, Dijon (21)

« Manger local : redécouvrir des légumes oubliés et consommer de saison »

 

A Dijon, Ludivine est une adepte des produits locaux et de saison.

© Julien Dromas

 

Lyon, Nantes, Morteaux... Ludivine a déjà bien bourlingué. Cette titulaire d'un bac pro en horlogerie a finalement choisi de poser ses valises à Dijon, pas si loin de ses racines icaunaises. Véritable touche-à-tout, la jeune femme s'intéresse aussi bien aux réseaux sociaux qu'aux cosmétiques bio. Bref, une amoureuse de la vie, curieuse de tout et surtout des autres.

 

« À 16 ans, on m'a découvert une intolérance au lait de vache. Cela m'a conduite à réfléchir sur mon hygiène de vie. J'ai eu envie de consommer des aliments produits près de chez moi. Et à Dijon, nous avons une super épicerie, qui favorise les productions locales. Au « Locavore », j'achète mes légumes et même ma pâte à tartiner, conçue à... Besançon ! Hmmm... le plaisir de découvrir des légumes oubliés et de saison ! Le bonus ? Je sais à qui va mon argent : quelqu'un qui  a cultivé tout ça pas loin de chez moi, en travaillant dur, avec amour. Ca a du sens pour moi. »

 

Les mots clés associés
17 J'aime
Commentaires