Aller au contenu principal
Pour la Saint-Valentin, accordez vos violons en cuisine !
Ma vie en couleurs

Pour la Saint-Valentin, accordez vos violons en cuisine !

Même si de plus en plus d’hommes se sont mis aux fourneaux, la question reste en suspens : qui va orchestrer ce fameux repas de la Saint-Valentin? Et si, cette année, vous cuisiniez tous les deux à l’unisson ? Allez, révisez vos gammes, on vous dit tout pour que votre duo gourmand forme un bel ensemble «phil’harmonieux » !

Homme et femme en cuisine : fausses notes ou accords parfaits ?

Dès la Préhistoire, l’affaire était entendue : aux hommes incombait la chasse, aux femmes la cueillette des fruits et des légumes. La masse musculaire plus imposante des premiers justifiait cette répartition des rôles. Mais aujourd’hui, c’est toujours un peu le même refrain : nos « chasseurs » restent attirés par la viande, le salé, l’épicé, l’amertume, tandis que le subconscient de nos « cueilleuses » ne se nourrit que de végétaux, produits de la mer, mets sucrés et, par-dessus tout, de chocolat* ! Les femmes seraient d’ailleurs les seules à rêver de chocolat au travail ! 

Différences physiologiques, génétiques ou culturelles ? Les trois, mon capitaine. Alors, forcément, à goûts divergents, façons de cuisiner spécifiques. Ces messieurs, séduits par la « tendance Bistrot », prennent plaisir à mitonner des plats consistants, mais sont paradoxalement tout aussi fascinés par la cuisine moléculaire et son aspect ludique ! Ils sont d’ailleurs les premiers acheteurs de gadgets de cuisine ultra-perfectionnés… Ces dames, en revanche, aiment les petites bouchées (sucrées ou salées), les plats  «minute» et la pâtisserie*… Mais se débrouillent parfaitement avec les ustensiles à disposition !   

Cuisine fortissimo contre cuisine pianissimo ? Pourquoi les opposer alors qu’il est si simple de les concilier dans un joli numéro en duo aux fourneaux !

*Sondage Insee pour Cuisine et Vins de France ainsi que des études effectuées par des psychologues spécialisées dans l’alimentation entre 2010 et 2012.

Première possibilité : à chacun sa partition…

En s’occupant de l’apéro et du plat, votre homme cuisinera ce qu’il aime déguster : des mets épicés (voire alcoolisés* !), et surtout riches en protéines et féculents. Quant à vous, votre délicatesse légendaire s’exprimera à merveille dans la préparation de l’entrée et du dessert.  

En avant pour une symphonie de saveurs ! Très impatient de mettre en pratique ses toutes premières notions de cuisine moléculaire, Monsieur vous proposera un prélude plein de surprises en agrémentant sa Caipirinha* ou son Blue Lagoon* de petites bulles gélifiées de jus de fruits. 

Quelques apéros d’inspiration latine plus tard (et la musique qui va avec), ce sera à votre tour d’entrer en scène avec des brochettes de crevettes et Saint-Jacques au chorizo ou un authentique gaspacho pour rester dans le tempo hispanique. 

L’ambiance ira crescendo* avec un lapin à la bière et au pain d’épices ou une queue de bœuf aux légumes mijotés avec amour par votre chevalier servant, dans le tout dernier modèle de cocotte, bien sûr !  

En guise de bouquet final, la pâtissière que vous êtes proposera une brioche façon pain perdu à la vanille et au caramel sur des assiettes joliment ornées d’arabesques dessinées à la pipette. 

Ce menu est la preuve que l’on peut concilier cuisine réconfortante et soirée affriolante !

Conseil + : pour éviter la fausse note gourmande et donner une harmonie à l’ensemble, choisissez une thématique géographique, de couleur ou bien autour d’un produit. Quelques exemples : un menu Thaïlandais, Fusion Food ou tout écolo, un repas tout blanc ou tout noir, la carotte de l’entrée au dessert, etc.

*L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. Consommer avec modération. 

*en s’intensifiant 

Seconde possibilité : cuisine à quatre mains en harmonie majeure !

En avant pour un repas fusionnel où vous apporterez tous les deux votre touche personnelle sur l’ensemble du menu ! Impossible ? Pas si chacun fait les concessions nécessaires pour contenter l’autre sans pour autant mettre en sourdine ses propres affinités culinaires. La devise de la soirée sera « l’union fait le festin ». 

Les hommes ont le bec salé et les femmes ne jurent que par la douceur ? Eh bien, pour l’entrée, vous donnerez dans le sucré-salé ! Et puis, franchement, y’a-t-il plus délicieux qu’une crème brulée au foie gras ou des crevettes caramélisées ? Autre possibilité : unir saveurs marines et vapeurs alcoolisées dans une belle harmonie. On vous a dégoté la recette idéale pour cela : des cassolettes de Saint-Jacques au Riesling ! 

Pour le plat, laissez votre homme gérer ce qu’il maîtrise comme un Chef : la viande (rouge, de préférence) ! Filet de bœuf au café ou boulettes à la suédoise, les deux sont à tomber ! Quant à vous, vous pourrez orchestrer les accompagnements, par exemple des tagliatelles de légumes grillés ou des aubergines confites épicées. Ou bien, mixez votre amour des végétaux et sa passion des féculents avec un risotto courgettes-petits pois, pommes-noix-gorgonzola ou des lasagnes de bœuf à l’aubergine. 

Avec des desserts façon bistrot, mais en version chocolatée ou fruitée, le point d’orgue de la soirée sera tout trouvé. Fort heureusement, le choix est vaste : Tatin aux pommes, tarte au citron, tarte poire-chocolat ou riz au lait au chocolat et fruits.

 

Crédit photo:Wavebreakmedia

2 J'aime
Commentaires