Aller au contenu principal
Ma sélection de 0 coupon(s)
0
Continuer ma sélection
Ça roule pour les boulettes !
Ma vie en couleurs

Ça roule pour les boulettes !

Vous aussi, au simple mot « boulette », vous souriez ? C’est vrai qu’avec sa petite bouille ronde, son côté réconfortant et ses saveurs bien marquées, elle nous fait complètement craquer ! Loin des clichés de « cuisine ménagère » et de « recyclage de restes » qui lui collent à la peau, elle commence même à devenir tendance ! (Re)découvrons-la vite… et sans faire de boulettes !

Boulette, qui es-tu ?

N’est pas boulette qui veut ! Les adeptes de boulettes étant des gens très exigeants, un cahier des charges précis doit être respecté pour mériter ce titre ! 

Tout d’abord l’aspect : une forme sphérique d’une taille située entre la noix et la balle de ping-pong, et sans « coque » autour, auquel cas elle ne serait qu’une simple croquette (sacrilège !). 

Une base composée de viande/poisson/légumes ou légumineuses/fruits ou fromage, combinée avec des rehausseurs de goût essentiels comme l’ail, les oignons, les échalotes, les herbes, les épices, les condiments, le parmesan, etc. Un mélange qui se doit d’être finement haché et intimement mélangé !

Un liant pour faire tenir les ingrédients et donner du moelleux : jaune d’œuf battu et pain rassis trempé dans le lait puis essoré (ou chapelure). 

Mais quand est-elle née ? Elle n’en a pas l’air comme ça, mais la boulette a déjà 4 000 ans et pas une ride : elle faisait déjà des ravages auprès des Mésopotamiens, cuisinée à base d’agneau, relevée d’herbes et d’épices et frite dans un bain d’huile* ! Bien plus tard, aplatie et dégustée entre deux tranches de pain par les premiers immigrants embarqués vers l’Amérique, elle donna naissance au hamburger !  

Eh oui, la terre est ronde comme une boulette : fricadelles chez les ch’tis, albondigas espagnoles, meatballs américaines, falafels au Moyen-Orient… elle est partout et a même, depuis 2010, sa Journée Mondiale (le 9 mars). 

*Source : la plus vieille cuisine du monde, Jean Bottéro.

Percez les secrets de la boulette

Qui veut une boulette parfaite ? Par ici les yeux !

La composition : dans le cas de boulettes de viande, il est d’usage d’en combiner deux ou trois. « Une viande grasse avec une maigre, une blanche avec un rouge, pour lutter contre l’assèchement »**. Avec la boulette, tout est décidément question de proportion, puisque la répartition idéale entre la/les viandes, le liant et les herbes/aromates doit idéalement être d’un tiers chacun. Quant au hachage, il doit être fait à la minute par votre boucher ou à la maison, mais pas trop petit pour obtenir plus de jus et de tendreté. 

Conseil + : pour parfaitement nettoyer votre robot-hachoir, actionnez-le d’abord avec du pain dur. Résultat nickel !  

**Source : « Petit traité de la boulette » de Pierre-Brice Lebrun

Le façonnage : mains propres et huilées (ou mouillées) et bagues retirées, on y va franchement ! Amalgamez dans un saladier les ingrédients hachés, puis laissez reposer une bonne heure (voire une nuit), afin que les saveurs aient le temps de faire connaissance. Essayez d’obtenir des portions de même calibre pour une cuisson homogène, et surtout ne les pressez pas trop ! 

Conseil + : utilisez une boule à thé ronde pour avoir des boulettes parfaitement identiques. 

• La cuisson : pas contrariantes, les boulettes se prêtent à toutes les préparations. En sauce ou en bouillon, il faudra les plonger dans une casserole contenant le liquide déjà frémissant et les déposer délicatement à l’aide d’une écumoire. Piquées en tapas ou dans un sandwich (et oui), elles apprécieront d’être d’abord poêlées ou frites pour le croustillant extérieur, puis terminées au four. A vos lunch-boxes ! 

Conseil + : secouez la poêle pour des bouchées bien rondes et uniformément dorées.  

Entrez dans la ronde des boulettes salées

Par nature, la boulette satisfait tous les palais, puisqu’on y met précisément ce que l’on aime ! 

• À la viande : nous avons vu plus haut les mélanges de viandes préconisés. Maintenant, si vous n’aimez que le bœuf, ne vous privez pas pour autant ! Y’a-t-il meilleure chose au monde que des spaghettis ou un couscous aux Boulettes à la coriandre ? Avec une viande blanche (poulet, dinde), direction les Cyclades en ajoutant des oignons râpés, de la féta, de la menthe et des pignons..

• Au poisson : très populaire au Maghreb, la boulette de poisson accompagne le couscous « de la mer » et se cuisine à base de merlan, de coriandre et de ras-el-hanout. Elle peut aussi se déguster en tapas. Elle s’adapte également aux recettes de l’Asie du sud-est avec du gingembre, de la sauce soja et de la pâte de curry.

• Version végétarienne : qui ne connait pas les fameux « tomatokeftedes » (boulettes de tomates) grecs ou leur pendant à la courgette ? Attention à bien faire dégorger les légumes, car si le mélange est trop aqueux, c’est le désastre assuré. En Inde, les koftas aux pommes de terre sont très populaires, accompagnées de sauce tomate aux noix de cajou.

Les desserts aussi aiment se faire rouler dans la gourmandise

Truffes, cake pops, rochers, ces desserts qui roulent amassent le succès, surtout auprès des enfants ! L’occasion de leur enseigner des notions d’hygiène (des mains) et de décoration de gâteaux : du chocolat liquide ou du sirop d’érable pour enrober ces petits trésors (les boulettes, pas les enfants), et hop, on recouvre de paillettes multicolores, de riz soufflé ou de popcorn.

Avouez que ce serait une sacrée boulette de ne pas vous y mettre au plus vite !

Les mots clés associés
51 J'aime
Commentaires