Aller au contenu principal
Cette année, osez un réveillon aux mille textures !
Ma vie en couleurs

Mettez du croquant, du fondant et du croustillant au menu !

Un simple coup d’œil à la carte d’un grand restaurant le confirme : dans une même assiette, le moelleux s’associe au croquant, le crémeux flirte ouvertement avec le croustillant et les petits effets de surprise sont assurés par le pétillant, le coulant ou même le gélatineux ! Pour un repas festif, jouer sur les textures est un moyen infaillible d’épater vos invités…

Un menu multi-sensations

En avant la surprise et l’éveil des sens dans l’assiette avec les textures culinaires !

- Le croustillant : c’est la texture la plus recherchée, car sonore et visuelle. Elle est associée aux aliments qui craquent et… font des miettes. Comme les feuilles de brick ou la pâte feuilletée.

- Le croquant : on parle ici de fermeté et d’humidité (pour le sec, on parle de craquant), comme la pomme, la laitue ou les amandes.

- Le crémeux : il désigne les aliments onctueux et riches de corps gras (beurre, crème), comme les sauces ou les purées.

- Le mousseux : c’est l’alliance de matières grasses et de bulles d’air, pour une sensation assez dense, comme avec la chantilly, les œufs en neige ou les émulsions.

- Le coulant : il s’agit des aliments fondus, plus épais que les liquides, qui créent la surprise en pâtisserie (cœur, inserts, inclusions) ou en cuisine moléculaire, comme le chocolat fondu ou les coulis.

- Le pétillant : il n’est plus réservé aux sodas depuis l’apparition du dioxyde de carbone en cuisine moléculaire. L’effet de crépitement sur la langue est ressenti avec le sucre pétillant ou les chips de crevettes par exemple.

- Le gélatineux : souvent associée aux abats, c’est la texture mal aimée de la liste. Sauf pour les bonbons des enfants ! On en parle aussi pour les huîtres, les calamars ou les perles de tapioca.

Les mots clés associés
23 J'aime
Commentaires