Aller au contenu principal
Ma sélection de 0 coupon(s)
0
Continuer ma sélection
Assiette typique grecque dans un cadre rappelant celui de la Grèce
La Rédac'

Impec, mon menu grec !

Au pays de la « philoxenia », l’hospitalité grecque, la cuisine se veut simple et conviviale. Les « mammas » et les petites tavernes n’ont pas leur pareil pour sublimer les richesses locales dans des recettes rapides et ensoleillées. Chaussez vos spartiates et suivez-nous dans cette odyssée gourmande !
 

Le fameux régime crétois


La diète méditerranéenne, dont il fait partie, est reconnue au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO depuis 2010.


- Une forte consommation de fruits et légumes : aubergines, tomates, poivrons et courgettes, pas de surprise, mais saviez-vous que nos amis hellènes étaient aussi amateurs de légumineuses comme les fèves et les pois cassés ? Parmi les fruits, les pêches, figues et autres pastèques (en saison) cohabitent merveilleusement avec les noix, les pistaches et les amandes.
- Une prédominance de l’huile d’olive et des herbes aromatiques :
chez les Orthodoxes, les olives, qu’elles soient entières ou pressées pour donner une huile exceptionnelle, sont symboles de paix et d’amour. Elles sont indissociables des herbes comme l’origan, la menthe, les câpres et surtout l’aneth.
- La juste quantité de protéines : rôtie, mijotée, en souvlakis (brochettes) ou hachée pour farcir des légumes, la viande (plutôt blanche) n’est pas forcément au menu tous les jours. La mer est très présente grâce au poulpe et au calamar. Les fromages sont principalement de chèvre ou de brebis comme la Féta, mais aussi le Kasseri (à râper) ou le Kopanisti, un bleu des Cyclades.
- Des ingrédients typés : l’Ouzo* (un apéritif anisé), le mastiha (une résine de l’île de Chios) et la pâte Phyllo sont très utilisés en cuisine et contribuent largement à l’identité culinaire grecque.
*L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. Consommer avec modération.
 

La Grèce passe à table


Le premier livre de recettes est né en Grèce en 400 av. J.-C., pourtant les repas y sont moins structurés qu’en France.


- En entrée, place au « pikilia », un assortiment demezzés chauds et froids à partager sans chichis ! Parmi eux, le tarama, la fava (une purée de pois cassés) ou le tzatziki, avec du bon pain pita. Les beignets (keftedes) se déclinent à la tomate-cerise comme à Santorin ou à la courgette. La Féta est bien sûr omniprésente : sur des tartines avec du poivron confit ou de l’œuf brouillé, dans la célèbre salade grecque classique ou revisitée, ou dans des feuilletés à la pâte phyllo comme le spanakopita (aux épinards).
- En plat, la moussaka est presque un monument national et sa variante aux macaronis, le « pastítsio » la suit de près. Le poulpe se cuisine à l’étouffée et les calamars, souvent frits en beignets ou sautés avec des légumes. Misez aussi sur un blanc de poulet au poivre, sauce menthe et yaourt et des courgettes à la grecque.
- En dessert, hormis le très oriental baklava, la simplicité est de mise : quelques fruits frais mélangés à des fruits secs, du miel (de thym, miam !) et du yaourt grec, et le bonheur est dans l’assiette !

Quel menu grec allez-vous adopter ? Quoi qu’il en soit, kali orexi (bon appétit) !

25 J'aime
Commentaires