Aller au contenu principal
Mandarines et clémentines, sachez les reconnaître !
Ma vie en couleurs

Mandarines et clémentines, sachez les reconnaître !

Elles sont petites, rondes, oranges et délicieusement parfumées. Qui ? Mais les clémentines et les mandarines bien sûr. En hiver, elles jouent les stars aux étals des primeurs. Savourées nature, elles font pétiller les papilles, et en confiture, elles sont les reines des tartines. Mais au fait, connaissez-vous la différence entre ces deux « belles » ? Explications sucrées.

Savez-vous que la mandarine est d’origine asiatique ? Elle doit son nom à sa peau, de la même couleur que la robe de soie portée par les mandarins, hauts fonctionnaires de l’Empire chinois. Les clémentines ont été, quant à elles, obtenues à la fin du XIXe siècle par le père Clément, qui réalisa le croisement de fleurs de mandarinier et de pollen d’oranger.

La mandarine se cultive essentiellement en Espagne, au Maghreb et aux États-Unis. Elle est le plus précoce des agrumes puisque les premières arrivent en novembre. Ce que l’on aime ? Sa pulpe douce et savoureuse et le fait qu’elle ne possède pas la fine peau blanche et amère qu’on trouve dans les oranges. Ses quartiers, faciles à séparer, s’appellent d’ailleurs aussi des « cuisses ». De quoi nous mettre en appétit !

Vous préférez la clémentine ? Pour la différencier de la mandarine, c’est très simple : elle est plus petite et ne contient pas de pépins. Ainsi, sa multiplication se fait essentiellement par greffage et tous les clémentiniers sont donc des clones ! Son plus, c’est qu’elle est facile à éplucher… même par les tout petits doigts ! De nos jours, elle se cultive en Espagne, mais aussi au pays du Soleil-Levant et en France, notamment sur l'île de Beauté. La clémentine de Corse est en effet particulièrement réputée grâce au label « Indication géographique protégée » (IGP), qu’elle a obtenu en 2007. Elle se reconnaît à son « cul vert », à sa brillance, à ses feuilles longues et effilées d’un beau vert mais surtout à son goût subtil, aussi sucré qu’un bonbon acidulé. Elle arrive à maturité en novembre ou décembre. Pour choisir vos clémentines, veillez à ce que l’écorce adhère bien à leur chair et ne présente pas un aspect « soufflé ». En revanche, ne vous fiez pas à l’épaisseur de leur peau ni à leur couleur, car elles peuvent être vertes et parfaitement mûres.

Au-delà de ces différences, les qualités nutritionnelles de ces deux petits agrumes sont les mêmes : ils sont riches en vitamine C et cette teneur reste constante, car ils sont protégés par leur écorce. Ils sont également peu caloriques.

Vous vous demandez comment les utiliser autrement que comme fruit de bouche ?
C’est très simple : de même que les oranges, en salades de fruits, en jus, en accompagnement de viande (par exemple, un filet mignon avec une compotée de clémentines) ou en duo avec du chocolat… Testez ainsi un fondant chocolat/mandarine en mélangeant à votre appareil habituel des zestes et du jus de mandarine.
Ou alors choisissez l’option opposée en utilisant la jolie forme du fruit comme contenant de votre dessert : ouvrez votre mandarine en dents de loup à l’aide d’un couteau pointu, évidez-la et garnissez-la de mousse au chocolat et au sirop que vous aurez fait avec le jus de la pulpe. Vous allez vous régaler !

Pour que vos mandarines ou vos clémentines donnent plus de jus, plongez-les quelques minutes dans une eau bouillante ou passez-les une minute au four à micro-ondes. Surtout, ne jetez pas l’écorce : les zestes peuvent vous servir à parfumer une carafe d’eau avec le jus pressé pour faire une « clémentinade ». Ajoutez alors 150 g de sucre à 1,5 litre d'eau bouillante. Laissez refroidir et reposer toute la nuit, filtrez et servez ainsi ou allongé avec de l'eau gazeuse.
Enfin, vous pouvez aussi placer des pelures de mandarine ou de clémentine dans un four encore chaud, après la cuisson d'un mets au fumet tenace : cela permet de limiter les effluves.

Les mots clés associés
10 J'aime
Commentaires