Aller au contenu principal
Ma sélection de 0 coupon(s)
0
Continuer ma sélection
Des crêpes et des beignets à volonté !
Maïzena

Crêpes et beignets en toute bonne conscience !

À peine les fêtes passées et la ligne enfin retrouvée que Chandeleur et Mardi gras pointent le bout de leur nez (masqué) et avec eux, l’inévitable défilé de crêpes et de beignets! Pour vous faire plaisir sans ruiner vos bonnes résolutions alimentaires, voici un festival de suggestions pour préparer ces petits délices, si bons mais si riches, en mode allégé !

Des symboles de fête depuis toujours

Crêpes et beignets figuraient déjà au menu des fêtes déguisées organisées par les Romains chaque début de février pour marquer le retour prochain du printemps. Ces festivités un peu « olé olé » n’étaient pas du goût du Pape Gélase qui, en 494, les remplaça par une bien plus sage procession illuminée de chandelles pour commémorer la présentation de Jésus au temple. La « Chandeleur » était née et est, depuis, célébrée tous les 2 février. Avec l’apport du sarrasin rapporté par les Croisés, crêpes et beignets ne cessèrent d’évoluer et chaque pays possède maintenant sa propre version :      « baghrir » au Maghreb, tortillas au Mexique, pancakes et donuts aux USA, churros en Espagne… leur succès est universel !

Petit beignet deviendra… léger !

Cette forme ronde et voluptueuse, ce moelleux unique et ces grains de sucre qui craquent sous la
dent : le beignet est une vraie bombe… calorique, hélas ! Voici comment améliorer son intérêt nutritionnel

- Une pâte allégée : à partir de votre recette de base fétiche, vous pouvez faire quelques petits aménagements. Réduisez la dose de sucre d’un tiers et remplacez-la par des zestes d’agrumes ou des épices (vanille, cannelle) pour compenser en saveur. Incorporez une cuillerée de bicarbonate de soude et/ou remplacez la moitié du lait par la même quantité de bière blonde*, de cidre* ou d’eau gazeuse. Enfin, après le repos de la pâte, incorporez des blancs d’œufs battus en neige pour un appareil léger comme un nuage. Et pour la pratique, tentez donc ces beignets de pomme-reinette à la bière*.

- Une friture maîtrisée : qui dit beignet dit bain d’huile, or c’est là que les calories attaquent. Chauffez bien l’huile car plus sa température est élevée (180° C étant l’idéal) moins elle est absorbée par la pâte. Privilégiez les huiles riches en acides gras essentiels, comme l’huile de pépins de raisin. Enfin, usez et abusez du papier absorbant pour retirer le surplus de gras des beignets. Solution plus radicale : la cuisson au four qui, au dire des Américains qui en sont fans, confère aux
« baked donuts*» de la légèreté sans perdre en moelleux et sans doigts qui collent ! 

- Des « extras » bannis : adieu fourrage, glaçage, déco en sucre et autres joyeusetés régressives ! Restez basique, la gourmandise sera tout de même au rendez-vous !

Conseil + : Pensez aussi « mini-beignets » pour un maxi plaisir avec zéro culpabilité !

*L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération. 

*Beignets cuits au four.

 

Des crêpes qui s’envolent !

Alléger la pâte à crêpes, pourquoi pas ? Mais c’est surtout sur la cuisson et les petits « extras » que vos efforts seront les plus porteurs. 

- Pour la pâte, la substitution de tout ou partie du lait par de la bière*, du cidre* ou même de l’eau donnera des crêpes fines et légères. La farine pourra être remplacée pour un tiers par de la Maïzena® ou bien en totalité par son alter ego 100 % végétal : la farine de châtaigne ! Préférez les édulcorants, le fructose ou le sirop d’agave en lieu et place du bon vieux sucre en poudre. Les accros au chocolat ajouteront du cacao en poudre non sucré à la pâte, mais zestes d’agrumes, vanille ou eau de fleurs d’oranger seront aussi les bienvenus : priorité au goût ! 

- Lors de la cuisson, utilisez une poêle antiadhésive de très bonne qualité qui ne nécessite aucun corps gras, ou bien graissez une poêle classique à la juste dose à l’aide d’une demi-pomme de terre huilée piquée au bout d’une fourchette. 

- En garniture, une cuillerée à café (par crêpe) de compote de fruits maison, de jus de citron, de miel, de sirop d’érable ou bien de confiture allégée sera suffisante ! 

Conseil + : la règle d’or, pas plus de 3 crêpes sucrées par personne et par semaine ! 

*L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération. 

N’oubliez pas les déclinaisons salées !

Beignets comme crêpes se conjuguent aussi au salé, mais évitez cependant les repas tout-beignet ou tout-crêpe ! Choisissez votre camp : plat ou dessert, mais pas les deux !

La crêpe salée traditionnelle appelée « galette » est intéressante d’un point de vue nutritionnel car la farine de blé noir utilisée est sans gluten et faible en lipides. Faites preuve d’ingéniosité en misant sur les protéines pour leur pouvoir rassasiant : saumon, poulet, jambon allégé… Vous pouvez aussi agrémenter vos crêpes de quelques légumes et épices. Une petite salade verte en accompagnement, quelques fruits frais en dessert, et votre balance vous dira merci ! 

Et si pour vos beignets salés vous vous inspiriez de la technique japonaise du tempura ? Le principe : une pâte très froide à base de farine, de jaunes d’œufs et d’eau gazeuse glacée qui donnera des beignets d’un croustillant unique grâce au choc thermique provoqué au moment de la friture. Légumes, poisson et crustacés conserveront leur saveur et leur couleur, et adoreront un petit bol de sauce soja pour faire trempette ! Cette vidéo vous expliquera la technique pas à pas pour pouvoir ensuite épater vos amis avec ces légumes aux curry en tempura. 

La tradition, ça a du bon, mais c’est encore meilleur quand ça n’a pas d’incidence sur la silhouette !

67 J'aime
Commentaires